Combien gagnent les indépendants ?13/07/2015  



Pour 90 % d’entre elles, il s’agit de leur activité principale. L’auto-entreprenariat concerne 588 000 non-salariés (23 %), soit 100 000 de plus que fin 2011. En 2012, les indépendants « classiques » ont perçu en moyenne 3 110 euros par mois, de 930 euros dans le commerce de détail hors magasin à plus de 8 500 euros pour les professions juridiques et comptables. Les auto-entrepreneurs ont retiré en moyenne 450 euros mensuels de leur activité. À secteur donné, les femmes gagnent un tiers de moins que les hommes. Entre 2011 et 2012, le revenu moyen baisse de 1,8 % en euros constants pour les indépendants classiques et de 3,3 % pour les auto-entrepreneurs. Les revenus des indépendants classiques sont en net repli dans les professions juridiques et comptables, les activités d’hébergement et de restauration, le commerce pharmaceutique et les métiers de bouche. À l’inverse, ils progressent fortement dans les activités d’information et de communication et dans les arts et spectacles. Dans la construction, après une légère reprise en 2011, les rémunérations reculent de nouveau : en cinq ans, la baisse dépasse 10 % en euros constants.

(source Insee)


 Autres articles sur le même sujet :
Ou gagne-on le mieux sa vie comme indépendant ?

Les professionnels indépendants, hors secteur agricole et auto-entrepreneurs, ont retiré en moyenne 3 260 € par mois de leur activité non salariée, selon la dernière enquête de l'INSEE qui constat de fortes disparités entre le Nord et le Sud.

Indépendants et dirigeants, où sont les femmes ?

Fin 2012, en France, 900 000 femmes sont indépendantes ou dirigeantes salariées d’entreprise, contre 1 800 000 hommes (hors agriculture).

Pas de chiffre d’affaires, pas de CFE

Les entreprises sans salariés, tel que les auto-entrepreneurs, sont considérées comme n'ayant pas débuté leur activité tant qu'elles n'ont réalisé aucun chiffre d'affaires ou recettes.

Bilan de 20 ans de contrats de retraite Madelin

Les premiers contrats de retraite destinés aux travailleurs non-salariés (TNS) ont été commercialisés en 1994. Depuis plus de 20 ans, ces contrats dits « Madelin » se sont fortement répandus parmi les TNS. Aujourd’hui près de la moitié des TNS en activité sont détenteurs d’un contrat auprès des sociétés d’assurances.

54 % des auto-entrepreneurs en font leur activité principale

En 2014, 60 % des auto-entrepreneurs immatriculés au premier semestre démarrent effectivement une activité économique avant la fin de l’année ; ils se lancent principalement dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques (19 %), le commerce (16 %) ou la construction (13 %).

Epargne salariale : 2 422 euros par salarié en moyenne

Selon la dernière étude du ministère du travail (DARES), en 2015, 54,9 % des salariés du secteur marchand non agricole, soit 8,6 millions de salariés, ont eu accès à au moins un dispositif de participation, d’intéressement ou d’épargne salariale.