Ruée sur le PEL03/02/2015  



Jusqu’au 31 janvier, il était encore possible d’ouvrir un PEL avec un taux de rémunération fixé à 2,5% pour une durée à choisir entre 4 et 10 ans. Dans un contexte d’inflation très faible, ce taux restait ainsi l’un des plus attractifs du marché pour de l’épargne « sans risque », dépassant les taux des livrets classiques (le Livret A étant désormais rémunéré à 1%) et égalant globalement la rémunération des fonds en euros souscris dans le cadre d’assurances-vie.
Pour un taux de rémunération de 2,5% brut, les PEL ouverts avant le 1er février rapportent un taux de 2,11% net après prélèvements sociaux. Les PEL ouverts après cette date seront quant à eux rémunérés au taux d’environ 1,7% net.
Selon nos confrères des Echos, citant le témoignage d’une chargée de clientèle dans une agence parisienne, les ouvertures de PEL auraient été « 5 à 8 fois » plus élevées lors des 15 derniers jours de janvier par rapport aux semaines précédentes.


 Autres articles sur le même sujet :
Les PEL seront taxés à 30 %

Les plans épargne-logement (PEL) ouverts à partir de janvier 2018 seront soumis à un impôt forfaitaire de 30% dès la première année.

Les Français aiment le PEL

Plus de 900.000 Plans d'Épargne Logement ont été ouverts au premier trimestre.

Le PEL est en forte baisse mais il reste intéressant

Si le gouvernement a décidé de maintenir le taux du livret A à 0,75 %, la rémunération du Plan épargne logement sera quant à lui abaissée à 1 % à compter du 1er aout contre 1,5 % actuellement.

Le placement préféré des français est… le compte courant

Les Français laissent des sommes de plus en plus importantes sur leurs comptes bancaires et sur des livrets, constate la Banque de France dans le tableau de bord de l'épargne des ménages publié le 2 novembre 2016.

Le PEL, une idée à creuser immédiatement

Désormais, les intérêts des PEL ouverts à compter du 1er janvier 2018 ou détenus depuis plus de douze ans seront taxés à 30 %.

Le taux du PEL « anormalement élevé » baisse

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a estimé "anormalement élevé" le taux de rémunération des nouveaux plans d'épargne logement, fixé à 2 % depuis le 1er février 2015. Il a été entendu !