2012, une bonne année pour les CGPI ?18/09/2012  


Alors que va s'ouvrir à Lyon Patrimonia, le grand rendez-vous de la gestion de patrimoine, les GCPI estiment que 2012 ne sera peut-être finalement pas un trop mauvais cru pour l'activité des cabinets de conseil en investissements financiers. C'est en tout cas ce que montrent les premiers résultats d'une enquête réalisée par les organisateurs du salon professionnel Patrimonia (qui se tiendra à la fin du mois de septembre) en collaboration avec Morning Star. 33 % des sondés anticipent une bonne année voire une excellente année et 39 % environ une année neutre. Seuls 21 % perçoivent un mauvaise ou très mauvaise année. Cela étant, 3/4 des conseillers (76,3 %) pensent que leurs clients seront d'ici à la fin de l'année plus méfiants, plus prudents et plus conservateurs que d'habitude, et ce, en raison des incertitudes économiques. Les clients se tournent donc davantage vers des produits moins risqués. Les principaux risques mis en avant par les conseillers pour leur propre activité sont les risques "administratifs", à savoir le risque réglementaire (27,5 % des réponses), suivi de près par le risque lié à l'évolution de la fiscalité (22,2 %), qu'ils considèrent comme des risques subis qui s'imposent à eux sans qu'ils puissent faire grand-chose. L'évolution de la fiscalité, qui est un thème fort en cette fin d'année, est toutefois considérée comme source d'opportunités (34 % des réponses). À l'inverse, les conseillers semblent plutôt sereins quant à la santé financière de leurs clients et à l'évolution des marchés, sur lesquels ils peuvent un peu plus agir. En effet, ils sont en quelque sorte "responsables de la santé financière de leurs clients". Quant aux risques des marchés, "ils peuvent les orienter vers des thèmes ou des solutions moins exposés". Enfin, les conseillers financiers semblent minimiser la concurrence des grands réseaux bancaires. Ce risque est plutôt perçu comme une opportunité pour mettre en avant leur valeur ajoutée : indépendance, suivi, relation à long terme, etc.
 Autres articles sur le même sujet :
Le silence de l'administration vaut accord

Thierry Mandon a présenté en Conseil des ministres les projets de décrets mettant en œuvre le “silence vaut accord” au sein des administrations d’État.

La pédagogie au coeur dela gestion de patrimoine

Natixis Global Asset Management (Natixis Global AM) publie les résultats d’une étude menée auprès des conseillers financiers au niveau mondial.

Les clients des CGPI apprécient l'approche "sur mesure" de leur conseiller

Les résultats de la 8e édition du baromètre BNP Paribas Cardif du marché des conseillers en gestion de patrimoine indépendants confirment que le professionnalisme des conseillers est largement reconnu par leurs clients.

Les CGPI facturent de moins en moins d'honoraires

Selon la dernière édition de l'étude de l'Anacofi-Cif*, le syndicat de branche de la finance indépendante et du conseil patrimonial de la CGPME, qu'Actusite s'est procuré en exclusivité, les conseillers en gestion de patrimoine facturent de moins en moins en honoraires.

Débat : la délégation de gestion en question

La délégation de gestion « MIF compliant » pour les conseillers en gestion de patrimoine indépendants, par Jean-François Valentin, Directeur Marketing et Commercial chez 360 AM

Gestion de patrimoine, les indépendants tirent leur épingle du jeu

Actusite s'est procuré, en exclusivité, la dernière édition de l'étude de l'Anacofi-Cif*, le syndicat de branche de la finance indépendante et du conseil patrimonial de la CGPME.