Permis, première voiture : Merci la famille !04/09/2017  



Selon une étude publiée par le comparateur d'assurances Le-jeune-conducteur.com, au moment de passer son permis, rares sont les jeunes qui ont déjà assez d'argent de côté pour se le payer. La famille finance donc entièrement (dans 44% des cas) ou en partie (21%) le projet. Sur le tiers de jeunes qui payent eux-même leur permis de conduire, 4% sont obligés de prendre un crédit.

Le phénomène est le même dans le cadre de l'achat d'une première voiture, la famille et le jeune conducteur s'entraidant pour trouver un financement adéquat (42%). Si 28% décident néanmoins de se l'offrir avec leurs propres deniers, un quart d'entre eux sont obligés de souscrire un prêt. L'assurance est quant à elle principalement payée par le conducteur seul (52%), mensuellement (82%). Idem pour les amendes qu'il est seul à payer dans 56% des cas.

Pour des raisons budgétaires, cette première voiture est quasi systématiquement d'occasion (pour 94% des sondés) et roule majoritairement à l'essence (64%). La plupart du temps (78%), c'est le jeune titulaire du permis qui choisit lui-même le modèle.


 Autres articles sur le même sujet :
25 000 euros en moyenne pour une voiture

Jamais les Français n'ont acheté autant de voitures chères, avec 46 % des acquisitions au-dessus de 25 000 € en 2016, contre 43 % en 2015.

Le CPA pour payer son permis

Le compte personnel d'activité (CPA) pourra financer la préparation au permis de conduire à compter du 15 mars.

Les français gagnent en pouvoir d’achat

Au troisième trimestre 2016, le pouvoir d'achat des ménages accélère.

200 euros pour un vélo électrique

Valable jusqu'au 31 janvier 2018, cette subvention vise à accélérer la mobilité des Français.

La perte d'autonomie, un sujet clé qui reste tabou

De manière générale, les Français parlent peu des risques auxquels ils pourraient être confrontés, c’est particulièrement vrai pour la perte d’autonomie puisque 65 % n’en ont jamais parlé à leur famille.

Les Français optimistes pour 2017

Davantage de Français se disent personnellement "optimistes" par rapport à 2016.