Les investissements des Britanniques dans les Alpes ont-ils baissé ?07/11/2016  



Pour le cabinet immobilier Athena Advisers, « cette contre-performance de la France est à nuancer car elle est majoritairement liées aux conditions météorologiques (...). Les investisseurs ont bien compris que cette crise n'est pas structurelle ». En 2015, les clients internationaux représentaient 21,8 % des investisseurs dans les Alpes, contre 15,63 % trois plus tôt.

Une tendance favorable qui devrait se poursuivre selon le professionnel. Quant aux investisseurs britanniques qui représentent 90% de la clientèle internationale, elle conserve sa part prépondérante. « Seules 5 % des ventes dans les Alpes n'ont pas eu lieu suite au Brexit », estime Athena Advisers. La stabilité des taux des prêts très intéressants en France contribue à maintenir leur présence. Néanmoins, l'agence immobilière anticipe une baisse due au Brexit des investissements des britanniques pour les budgets autour de 500.000 euros.


 Autres articles sur le même sujet :
Immobilier de montagne, ça grimpe avec l’altitude

Le marché immobilier des montagnes savoyardes tiré par les stations de ski de haute altitude.

Le coût de la rentrée étudiante

Un étudiant en première année d'université, non boursier et qui n'habite pas chez ses parents, devra débourser en moyenne 1% de plus selon la FAGE.

Immobilier : Demande en hausse dans toute la France

À Paris, en Île-de-France comme en régions, la demande est de nouveau à la hausse au premier semestre 2016 (+9% vs le 1er semestre 2015), selon le dernier point marché du réseau immobilier Laforêt, publié la semaine dernière.

A qui profite la hausse des taux américains ?

Dans un contexte de reprise de la croissance et de l’emploi aux Etats-Unis, la Réserve Fédérale américaine a relevé hier ses taux directeurs de 0,25 point, pour la première fois en neuf ans.

La Corse, un marché au beau fixe

Avec deux agences en Corse, à Porto Vecchio et Bonifacio, Sotheby’s International Realty France - Monaco se réjouit de bons résultats en cours et à venir.

La consommation des ménages tient bon

En avril 2016, les dépenses de consommation des ménages en biens sont quasi stables : -0,1 % en volume, après +1,1 % en mars. Les dépenses en énergie ainsi que les achats de biens durables ralentissement fortement. La consommation alimentaire recule nettement.