Prélèvement sociaux des expatriés conformes21/12/2015  



Ces dispositions prévoient, en effet, que le produit des prélèvements sociaux sur les revenus du patrimoine dus par les personnes non-résidentes ou les travailleurs frontaliers affiliés à un régime de sécurité sociale autre que le régime français est affecté au Fonds de solidarité vieillesse et à la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie. Ces organismes financent des prestations sociales qui ne dépendent pas de l'affiliation à un régime français de sécurité sociale, au sens du droit de l'Union européenne. Selon les députés à l'initiative du recours, le choix de cette affectation, afin de contourner l'interprétation de la CJUE du 26 février 2015 (de Ruyter), était contraire au droit de l'Union européenne et, par conséquent, portait atteinte à une situation légalement acquise. En ce qui concerne la méconnaissance du droit de l'Union européenne, le Conseil constitutionnel a, conformément à sa jurisprudence traditionnelle, jugé qu'il ne lui appartient pas de se prononcer sur le défaut de compatibilité d'une disposition législative aux engagements internationaux et européens de la France.Par ailleurs, il a considéré que l'arrêt de la CJUE du 26 février 2015 n'a pas fait naître de situations légalement acquises auxquelles les nouvelles dispositions seraient susceptibles de porter atteinte puisqu'elles s'appliquent à partir du 1er janvier 2016 (considérant 9). Le Conseil constitutionnel précise qu'un tel grief pourrait être opérant si l'État se refusait à rembourser les prélèvements dont l'affectation a été critiquée par la CJUE.
Conseil constitutionnel, décision 2015-723 DC du 17 décembre 2015


 Autres articles sur le même sujet :
Prélèvements sociaux et revenus du patrimoine pour les non-résidents communautaires

Les personnes qui sont affiliées à un régime de sécurité sociale d'un autre Etat membre de l'Union européenne ne peuvent être assujetties en France à des prélèvements sociaux sur leurs revenus du patrimoine de source étrangère.

Le Conseil constitutionnel valide la modulation des allocations familiales

Le Conseil constitutionnel s'est prononcé sur la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 et a validé l'essentiel de ses dispositions, notamment la modulation, à compter du 1er juillet 2015, du montant des allocations familiales selon le revenu du ménage.

Retraites : le gel des pensions validé

Le Conseil constitutionnel a jugé conforme le gel pour l’année 2014 de la revalorisation annuelle des pensions de retraite servies par les régimes de base de sécurité sociale pour les pensions de retraite inférieures à 1200 euros.

Pas de CSG progressive

Le Conseil constitutionnel a invalidé la disposition du budget 2016 portée par l'ex-premier ministre visant à baisser la CSG des travailleurs modestes.

Exonération de la plus-value immobilière des non-résidents

L'administration fiscale commente une disposition de la loi de finances pour 2014 qui élargit, sous condition, le régime d'exonération des plus-values immobilières réalisées par des non-résidents au titre de la cession d'un logement situé en France.

3 400 euros pour un décès

A compter du 1er janvier 2015, le montant du capital décès versé par la Sécurité sociale devient forfaitaire (article 72 de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015). Il vient d'être fixé à 3 400 €.